Writing the nation beyond resistance: Portuguese film and the Colonial War

Research output: Contribution to journalArticlepeer-review

Abstract

La Révolution des Œillets (avril 1974), période charnière fondamentale de l’Histoire du Portugal, marque la fin d’une longue dictature et d’une douloureuse guerre coloniale. Cet événement historique déclenche un processus complexe, celui d’une reconfiguration de l’identité nationale qui s’appuie sur une révision de la mémoire collective officielle. Ainsi peut-on remarquer plus de trente années après la fin du conflit, la persistance d’une réticence, ou devrait-on dire d’une résistance, à l’idée même d’évoquer les faits et les événements liés à la guerre coloniale. Cette résistance étant plus particulièrement perceptible dans la littérature et au cinéma, cette étude se penchera sur deux films majeurs : Non, ou la vaine gloire de commander (Non, ou a Vã Glória de Mandar) (1990), de Manoel de Oliveira, et Le Rivage des murmures (A Costa dos Murmúrios) (2004), de Margarida Cardoso — qui proposent une réflexion sur les questions de race, de genre, de classe et d’idéologie qui ont marqué l’agenda colonial, une réflexion qui alimente toujours le débat postcolonial portugais (tant sur les plans politiques, sociaux ou culturels), incapable de se délivrer de ces fantômes impériaux, qui hantent toujours le peuple portugais et qui invalident les rapports pouvant exister envers l’Autre.
Original languageEnglish
Pages (from-to)271-279
JournalLISA
Volume10
Issue number1
DOIs
Publication statusPublished - 2012

Keywords

  • April 1974 Revolution
  • Portugal
  • Colonial war
  • Dictatorship
  • Memory
  • Portuguese cinema
  • Manoel de Oliveira

Fingerprint

Dive into the research topics of 'Writing the nation beyond resistance: Portuguese film and the Colonial War'. Together they form a unique fingerprint.

Cite this